Théâtre

Instants critiques

- Mis à jour : 28 janvier 2013 , par Jean-Benoit RICHARD

GayPride voudrait vous faire partager son enthousiasme pour la pièce Instants critiques interprêtée actuellement à la Pépinière Théâtre, par Olivier Saladin, Olivier Broche et Lucrèce Sassella.

JPEG - 56.8 ko
O. Broche et O. Saladin
photo M. Magliocca

Ce spectacle a été composé par François Morel à partir d’échanges entre Jean-Louis Bory et Georges Charensol, deux critiques de cinéma qui ont fait les belles heures de l’émission de France Inter Le masque et la plume, dans les années 65-75, en théâtralisant leurs interventions et en les transformant en réelles joutes oratoires. L’un - Bory - défendait les films qui se font souvent porte-parole des combats de l’époque (féminisme, liberté sexuelle, homosexualité), l’autre - Charensol - avait une vision plus spectaculaire, plus distante et plus patrimoniale du cinéma. « Une verve, un humour, un goût certain pour les mots et la théâtralité, mais surtout une passion commune pour le cinéma rendirent leurs échanges inoubliables », explique François Morel dans le document de présentation du spectacle.

JPEG - 63.8 ko
O. Broche, O. Saladin, L. Sassela
photo Manuelle Toussaint/Starface

Cette finesse intellectuelle est admirablement servie par Olivier Broche (Bory) et Olivier Saladin (Charensol), dignes élèves de l’école Deschamps-Makeïeff. Lucrèce Sassella vient ponctuer ces dialogues d’une délicate touche musicale.

La bande-annonce



Evoquer des films sur la scène d’un théâtre peut paraître ardu, mais soyez assurés que ces Instants critiques vous donneront envie de voir ou de revoir les oeuvres décryptées avec tant de brio. Et, sans doute, ressentirez-vous également une invitation à (re)découvrir l’oeuvre littéraire de Bory et plus particulièrement certaines de ses oeuvres (La peau des zèbres - 1969 ; Ma moitié d’orange - 1973 et Tous nés d’une femme - 1976) dans lesquelles il exprime son engagement pour la cause homosexuelle. N’oublions pas que c’est seulement en 1981 qu’est intervenue la dépénalisation de l’homosexualité en France, et qu’elle a été considérée comme une maladie par l’OMS jusqu’en 1983.

Du 8 janvier au 2 mars - du 2 au 13 avril
du mardi au samedi à 21h et le samedi à 16h

LA PEPINIERE THEATRE
7 rue Louis le Grand 75002 PARIS. M° Opéra

Voir en ligne : http://www.theatrelapepiniere.com/


 
PUBLICITE