Le site des Gay Pride en France

En 2018, la Marche des Fiertés de Paris défile contre les discriminations dans le sport

Le parcours de la 41ème Marche des Fiertés LGBTQI+ du 30 juin 2018 à Paris

 

Le suspens est terminé, l’Inter-LGBT qui organise la Marche des Fiertés LGBTQI+ à Paris le 30 juin vient de rendre public le mot d’ordre et le parcours de la manifestation de 2018.

Comme l’an dernier, le cortège se formera en fin de matinée sur la place de la Concorde, « face à l’Assemblée nationale », un lieu symbolique. Le cheminement en direction de la place de la République se fera par la rue de Rivoli, le boulevard de Sébastopol et le boulevard Saint-Martin. Arrivée prévue des premiers manifestants à Répu’ vers 17h, devant le grand podium de fin de marche.

Côté revendications, l’Inter-LGBT a choisi cette année de mettre l’accent sur les discriminations :

Les discriminations au tapis, dans le sport comme dans nos vies !

et d’expliquer dans un communiqué (reproduit ci-dessous) : « Si certains évènements sportifs, à l’image des Gay Games qui se tiendront à Paris du 4 au 12 août, s’efforcent de promouvoir la diversité et l’inclusion, force est de constater que beaucoup d’autres se tiennent au mépris des droits humains, à commencer par la coupe du monde de football en Russie cette année puis au Qatar en 2022 ».

Ce mot d’ordre en a étonné plus d’un. Les commentaires dubitatifs ont fait florès sur les réseaux sociaux. Exemple : l’Amicale des Jeunes du Refuge qui s’exclame sur Twitter « Surtout ne changez rien @InterLGBT vos slogans sont percutants et font trembler les homophobes ».

« On comprend la critique, mais les gens vont vite et ne vont pas au-delà du titre » déplore Clémence Zamora-Cruz, porte-parole de l’Inter-LGBT. « On a pris le sport comme un prisme révélateur de l’état de la société, pour dénoncer les discriminations ». Dans son communiqué, l’Inter-LGBT rappelle qu’elle est « très inquiète des orientations prises notamment par les réformes de la justice et du système de santé et par le projet de loi asile et immigration. Leurs impacts vont être terribles pour les personnes LGBTQI+ et au-delà, pour toutes les personnes les plus vulnérables ». Les militants n’oublient pas non plus de rappeler qu’une loi ouvrant la PMA à toutes les femmes, et les nécessaires réformes de la filiation qu’elle sous-tend, sont toujours en attente.

Rendez-vous donc samedi 30 juin à 14h sur la place de la Concorde à Paris pour le départ de la 41ème Marche des Fiertés LGBTQI+.

 

Le communiqué de l’Inter-LGBT

 

Les discriminations au tapis, dans le sport comme dans nos vies !

#LesDiscrisAuTapis

Samedi 30 juin 2018, la marche des Fiertés de Paris défilera derrière le mot d’ordre : « Les discriminations au tapis, dans le sport comme dans nos vies ! »

Nous nous mobilisons contre les discriminations et les violences subies par les personnes LGBTQI+, dans les milieux sportifs comme dans le reste de leurs vies, car le sport est révélateur de l’état d’esprit de notre société. Si certains évènements sportifs, à l’image des Gay Games qui se tiendront à Paris du 4 au 12 août, s’efforcent de promouvoir la diversité et l’inclusion, force est de constater que beaucoup d’autres se tiennent au mépris des droits humains, à commencer par la coupe du monde de football en Russie cette année puis au Qatar en 2022.

Des discriminations très ancrées et exacerbées dans le sport…

Parce que le sport s’est inscrit dès ses origines dans le culte de la performance, de la toute-puissance et de la virilité avec un accès réservé aux hommes, une norme restrictive s’est établie, excluant celles et ceux ne correspondant pas à ces critères de sélection. Elle engendre des discriminations sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre, les origines ethniques supposées ou réelles, l’âge, le surpoids, les différents handicaps et tant d’autres « paramètres ».

Le sport est bel et bien le terrain privilégié de stigmatisations, parfois sournoises, souvent largement cautionnées, ce qui conduit de trop nombreuses personnes à abandonner toute pratique sportive, dès l’école, au détriment de leur santé, et de leur bien-être et de leur intégration sociale. Ces discriminations sont renforcées par l’univers du sport professionnel où les organisations, les supporters et les médias tendent à entretenir tous ces préjugés.

L’Inter-LGBT déplore que les comportements racistes, sexistes et LGBTphobes ne soient presque jamais sanctionnés, et que des événements d’ampleur mondiale – Coupe du monde de football, Jeux Olympiques – aient lieu dans des pays ouvertement répressifs envers les personnes LGBTQI+ comme la Russie et le Qatar.

Pourtant, le sport peut être un formidable vecteur d’inclusion et de valorisation de la diversité, s’il est accompagné de bonnes pratiques. La France accueillera ainsi les Gay Games en août prochain, évènement qui promeut une pratique sportive respectueuse et accessible à toutes et tous. Il ne faut pas non plus oublier les associations sportives LGBTQI+ qui agissent au quotidien contre les discriminations et pour l’inclusion des minorités leur démarche reste malheureusement occultée par des clubs plus médiatiques qui ne s’intéressent qu’à la performance. Le succès de ces associations en plein essor s’explique non pas par le communautarisme mais parce qu’elles permettent à toutes personnes, LGBTQI+ ou non, de pratiquer un sport dans un cadre bienveillant, sans peur d’être jugé-e-s et quel que soit son niveau. Toutes ces actions d’ouverture vers les autres font évoluer les mentalités bien au-delà du sport !

… qui ont un lien fort avec nos vies !

A l’image du contexte sportif, l’Inter-LGBT fait le constat d’une société toujours excluante dans les autres sphères de la société (travail, éducation, administrations…). Elle stigmatise et rejette une partie de sa population, la menant ou la maintenant dans la précarité.

L’inter-LGBT est très inquiète des orientations prises notamment par les réformes de la justice et du système de santé et par le projet de loi asile et immigration. Leurs impacts vont être terribles pour les personnes LGBTQI+ et au-delà, pour toutes les personnes les plus vulnérables. L’inter-LGBT est révoltée par les expulsions de personnes séropositives vers des pays où les traitements ne sont pas disponibles, et de personnes LGB vers des pays qui pénalisent encore les relations homosexuelles.

Par ailleurs, après des mois de débat bioéthique qui ont fait resurgir des propos haineux contre nos familles et nos enfants, l’inter-LGBT attend toujours une loi ouvrant la PMA à tous les couples et aux femmes célibataires avec remboursement. Cette attente s’étend également aux réformes nécessaires pour la filiation.

Avec ce mot d’ordre, l’Inter-LGBT dénonce les discriminations trop souvent passées sous silence dans l’univers sportif, à l’image de notre société, dans un contexte empreint de régression sociale.

Cette année, l’Inter-LGBT vous invite à marcher pour que la dimension sociale du sport prenne enfin le dessus sur les valeurs de performance et de réussite. Nous marcherons ensemble pour l’inclusion de toutes et tous dans le sport mais aussi dans notre société, quel que soit son genre, sa sexualité, son identité, ses origines ethniques, sa situation familiale, son apparence physique, son état de santé, sa situation sociale ou ses moyens financiers.

Pour mettre toutes les discriminations au tapis, dans cette lutte, l’important n’est pas que de participer mais de gagner !

 

Le parcours

La Marche des Fiertés de Paris partira à 14h de la Place de la Concorde et fera face à l’Assemblée Nationale. Puis la Marche se poursuivra dans le Paris historique en prenant la Rue de Rivoli, passant non loin du Ministère de la Justice et près de la pyramide du Louvre. Le cortège bifurquera ensuite par le Boulevard de Sébastopol pour traverser le quartier ultra dynamique de Châtelet puis tournera à droite sur le Boulevard Saint Martin. L’arrivée de la Marche des Fiertés se fera Place de la République où aura lieu de Grand Podium de fin de Marche de 17h à 22h.